Coulisses

1982 – 2012 : 30 ans d’Éveil

Il y a diverses manières de fêter un anniversaire.

En cette année 2012, le Théâtre de l’Eveil fêtera sa trentième année d’existence et c’est avec la re-création de notre premier spectacle que nous avons décidé de souffler nos bougies.

D’aucuns pourraient voir dans ce projet une trace de nostalgie : il n’en n’est rien.
Il s’agit plus simplement d’un désir de transmission tant vers de jeunes artistes que vers un public nouveau.

L’Eveil du printemps reste un texte fondamental de la littérature théâtrale, eu égard non seulement à la force d’écriture de Wedekind mais aussi à la thématique abordée, une thématique qui, loin d’être obsolète, porte à la scène dans notre occident prétendument libéral, tout autant que dans l’Allemagne puritaine de Wedekind, des sujets tabous tels que les premiers émois d’un groupe d’adolescents, l’homosexualité, le suicide, l’onanisme, la débauche, la grossesse d’une mère enfant, l’avortement, le tout sous le regard d’une société adulte ici représentée par le pouvoir et la morale hypocrite de la famille, de l’école ou encore de la religion.

Et ce n’est pas un hasard si nous avons souhaité que cette « re-création » soit cette fois prise en charge par une metteur en scène : à l’heure où le féminisme s’englue désespérément, où les valeurs familiales traditionnelles connaissent un regain d’intérêt croissant, où les morales religieuses veulent plus que jamais imposer leurs diktats, un regard féminin nous paraissait plus qu’indispensable pour donner à entendre et à voir cet hymne à la liberté qu’est « L’Eveil du Printemps ».